Pour ce premier article qui retrace notre road-trip, on vous fait débarquer au Wip, près de Caen. Attachez-vos ceintures, c’est parti !

Quand on arrive à Colombelles, sur les hauteurs de Caen, s’ouvre une friche industrielle immense, au milieu de laquelle trône cette tour que l’on appelle “le Chaudron”. Elle nous guide à la façon d’un phare, tout droit jusqu’au Wip : un espace coopératif et citoyen, hybride, ouvert à de multiples activités professionnelles et associatives ! Au service du territoire, il permet de se rencontrer, co-construire, partager et expérimenter autour de valeurs sociales et éco-responsables.

La Grande Halle, cet ancien atelier de 2 200 m2, témoigne aujourd’hui de l’histoire ouvrière de tout un territoire. Entre 1917 et 1993, et au plus fort de son activité industrielle, la Société métallurgique de Normandie y a employé plus de 6 000 travailleurs et produit jusqu’à 4 % de l’acier français. La fermeture du site et son abandon ont laissé la place à un vide d’activité sur 160 hectares.

Vingt ans plus tard, le propriétaire de la Grande Halle et des 20 000 m2 environnants, la SEM (Société d’Économie Mixte) Normandie Aménagement, décide de réinvestir ce lieu et de lui redonner vie. Finalement, ce sont Ophélie Deyrolle et Pauline Cescau qui reprennent le flambeau en créant le Wip aux côtés d’une équipe à l’énergie incroyable.

Lors de notre visite en décembre dernier, alors que la Grande Halle est encore laissée aux quatre vents par les travaux de réhabilitation en cours, on trouve déjà au Wip les bureaux d’une vingtaine de travailleurs indépendants. Des événements culturels et ludiques y sont organisés régulièrement : concerts, chantiers collectifs, grands déjeuners collectifs , “Wipéros” après le travail…

Comme on aime le terrainOphélie ne tarde pas à nous faire visiter la Grande Halle  : on profite de la pause déjeuner des travailleurs, et on se munit de nos casques et de nos bottes de chantiers !

On imagine très bien le potentiel immense du lieu, dans un décor qui composera entre la structure historique en béton et le bois des nouveaux espaces. Une multitude d’activités s’y dérouleront sur 3 niveaux :
Au rez-de-chaussée, la petite nef
sera composée d’un bar-restaurant, d’une conciergerie et d’ateliers à partager. On voit déjà se profiler la ruée vers le Wip des quelques 2500 personnes qui travaillent à proximité, à l’heure de la pause déjeuner ou de l’apéritif. Juste à côté, la grande nef de 1100 m2 permettra de donner vie à de nombreuses initiatives et à une programmation détonante. Des espaces de bureaux partagés et des salles de réunion prendront place au-dessus. Enfin, le dernier étage sera dédié aux activités culturelles avec des salles de répétition et de création artistique.

Mais avant, il reste encore un an de chantier (ce qui fera au total 2 ans) et l’on perçoit alors mieux la temporalité d’un tel projet. S’il avait fallu attendre “les bras croisés” la fin des travaux de la Grande Halle pour commencer à faire vivre le lieu, il ne se serait rien passé de concret jusqu’à aujourd’hui…